Category Archives: autocross

Brève présentation du calendrier 2018 d’autocross au Luxembourg

Les tournois d’autocross au Luxembourg sont des tournois incontournables pour les habitués. Il s’organisent tous les ans sur une longue période de l’année. Cette nouvelle saison promet d’être palpitante au Luxembourg.

Les championnats Européens d’autocross

Les tournois d’autocross se déroulent chaque année en Europe et à des dates spécifiques. Le calendrier pour les championnats d’autocross de cette année est serré pour tous les pays européens. Ils débutent en début d’année dans certains pays, mais au Luxembourg c’est à partir de juillet qu’on y aura droit. En gros on aura 29 tournois programmés au Luxembourg et qui s’étendent de juillet à décembre.

Un calendrier bien chargé pour cette année

Cette année au Luxembourg, les différents championnats d’autocross s’étaleront sur tout le deuxième semestre de l’année. Les premiers commencent en avril et les autres s’étendent jusqu’en décembre. On aura:

le Rallye Lëtzebuerg qui a eu lieu du 13 au 14 juillet dernier.

Il est suivi par l’Autocross Crombach le 15 juillet.

Le 21 et 22 juillet est programmé le Rallye Terre de Langres et le Rallye Sprint Solre St Géry pour juste le 21 juillet.

Le 27 et 28 juillet il aura le Rallye de la Plaine.

Le reste des tournois commencera à partir du 4 août avec

la Hochtaunus Rallye.

Le mois d’août verra passer six autres tournois en plus du précédent.

On aura huit tournois durant le mois de septembre qui s’étendent du 1er au 29 du mois.

Le mois d’octobre sera moins chargé, il aura que 5 tournoi allant du 7 octobre au 28 octobre.

Pour finir, on aura deux tournois pour novembre et décembre.

Le 3 et 4 novembre, on aura le Rallye du Condroz.

Ensuite, on aura le Rallye ASA Nancy le 18 novembre.

Suivront le BS JJ Gadisseur et l’International Motor Show Kirchberg respectivement le 2 décembre et le 16 et 18 décembre.

Championnat d’Europe d’autocross : Kevin Peters s’impose dès le départ

Le premier acte de la saison 2018 du championnat européen d’autocross s’est tenu cette année à Seelow en Allemagne. Et dans la catégorie Buggy 1600, c’est au Luxembourg qu’est revenu l’honneur de finir sur la plus haute marche du podium.

Parcours sans faute

C’était un week-end presque parfait pour le jeune pilote Luxembourgeois. Les séances de qualification chez les Buggy 1600, se sont déroulées sur un fond régularité pour Kevin Peters. Parfaitement installé aux commandes de son bolide, il a signé deux victoires et une seconde place durant les qualifs. Une performance qui lui a permit d’aborder la demi-finale depuis la deuxième place sur le grill de départ. Au terme d’une course très disputée, Kevin Peters fini deuxième et se qualifie pour la finale de la compétition.

En raison de cette seconde place en demi-finale, le pilote luxembourgeois se retrouve dans le trafic avec un départ depuis la quatrième position. Une situation qui, sans compter l’état de grâce du jeune pilote, aurait pu se révéler être un véritable handicap. Mais une fois de plus, “la perfection” était au rendez-vous. Le jeune pilot et sa Twin Triumph sont aux mieux de leur forme. Kevin Peters s’est donc défait du tchèque Milan Vanek, du hollandais Timo Pähler et de l’allemand Marcel Schröer pour s’imposer.

Leader du classement provisoire

Cette première victoire de Peters Kevins à Seelow l’a propulsé à la première place du classement provisoire du championnat d’Europe. Le championnat en est déjà à la moitié du calendrier officiel, et le jeune pilote est toujours en tête.

Il n’a certes plus fini sur la première marche du podium. Mais il demeure leader au cumul des points avec un total de 121 devant le tchèque NIKODÉM Petr (120) et l’allemand BUDDELMEYER Michael (106). Les prochaines étapes de la saison 2018 de l’autocross de la FIA se dérouleront du 20 juillet au 23 septembre, dans plusieurs pays (France, Italie, Hongrie, etc.)

Pourquoi les courses d’autocross sont une plateforme intéressante pour les casinos

L’autocross est une discipline de sport automobile née en France dans les années 1950. Elle consiste en des courses de voitures organisées sur des circuits de terre sous l’égide de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA).

Les courses ont principalement lieu sur des circuits en terre, mais la zone de la grille peut être bitumée pour permettre des départs plus faciles. Chaque circuit fait l’objet d’une inspection par deux commissaires désignés par la commission Off-Road de la FIA avant d’être homologué en tant que circuit pouvant accueillir une compétition officielle. Une saison régulière comprend au maximum 12 meetings qui ont lieu sur différents circuits à travers l’Europe.

L’organisation de tels événements et les frais liés aux homologations peuvent être coûteux. C’est une des raisons pour lesquelles les organisateurs se tournent généralement vers des sponsors. Voici un exercice spectaculaire, qui rappellera sans doute Mad Max aux spectateurs. Pour les casinos comme Spin Palace, il s’agit d’une discipline qu’ils peuvent supporter, parce qu’elle transmet la même philosophie de risques et de gains considérables.

À chaque meeting, des séances de qualification sont organisées afin de déterminer la composition de la grille de départ pour la course finale. Chaque tour de qualification compte au minimum 4 tours, mais la distance totale ne doit pas excéder 7 km. Le championnat est soumis au code sportif international, à ses annexes, ainsi qu’à un règlement sportif spécifique à la compétition.

Pour être autorisé à participer à la compétition, il faut nécessairement détenir une licence internationale de concurrent, et / ou une licence internationale de pilote. Pour la catégorie Super Buggy, la licence doit être de catégorie C au moins, et de catégorie D pour le Buggy 1600 et le Touring Autocross. Chez les Junior Buggy, le pilote doit disposer d’une licence de catégorie D, ou de niveau D Junior Off-Road. Il doit aussi avoir entre 13 et 21 ans.

Autocross à Hives, la 51ème édition en bonne route

Comme chaque année, le Hive accueillera le championnat d’autocross de la Fédération Wallonie Bruxelles. Un événement qui a lieu depuis des années dans le petit village de la commune de La Roche en Ardenne. Comme à son habitude, le championnat promet d’être palpitant tant pour les pilotes, que les spectateurs.

Le championnat FWB 2018 bientôt lancé

En effet, le championnat d’autocross de la Fédération Wallonie Bruxelles existe depuis plus de 50 ans et s’est toujours déroulé au Hive dans la commune de La Roche. Il fait concourir près d’une cinquantaine de pilotes ayant des licences ASAF. Il faut rappeler que la compétition a toujours eu lieu les dimanches depuis des années et ne déloge pas à la coutume pour cette nouvelle édition.

Les préparatifs pour la nouvelle édition du championnat sont lancés depuis un bon moment, et on connaît même déjà la date officielle pour le début de la compétition. Elle aura comme d’habitude lieu au Hive le dimanche 8 août prochain. Elle est à sa 51ème édition et promet d’être tout aussi palpitante que lors des années antérieures.

Une 51ème édition très prometteuse

Pour cette 51ème édition du championnat, la division ACCESS ne sera pas acceptée. Le classement se fera sur la base du cumul des différents résultats pendant les 3 manches de la compétition. Comme d’habitude, au aura droit à deux catégories de courses, les courses d’auto-cross et celles de Kart-cross. Chaque catégorie aura ces règles pour déterminer le champion après les courses des 3 manches.

Encore une fois, les pilotes licenciés TPC seront acceptés et classés dans le championnat au même titre que les licenciés ASAF. De plus, tous les pilotes de chaque catégorie qui monteront sur le podium, recevront des prix sous forme de cartes carburant. Ces cartes de carburant seront offertes par différents sponsors. L’inscription se fera le jour de la compétition de 8h à 11h au secrétariat du circuit.

Sponsoring de l’autocross au Luxembourg

En vertu des règlements du comité international olympique, la comite olympique et sportive luxembourgeois (COSL) est le seul titulaire et propriétaire des emblèmes olympiques nationaux. À ce titre, il est dépositaire de l’hymne, de la devise, du symbole olympique et du terme « jeux olympiques » ou encore du terme « olympiade ». Ainsi le COSL, en tant que Comité National Olympique, a l’exclusivité en ce qui concerne l’utilisation de tous ces termes et symboles à des fins commerciales sur le territoire du Grand Duché de Luxembourg.

Trouver des partenaires dans le sport automobile et plus particulièrement dans l’autocross, n’est pas chose aisée au Luxembourg. Si les sponsors automobiles sont le plus souvent accessibles aux pilotes de l’autocross, il existe aussi d’autres partenaires commerciaux et même institutionnels qui contribuent grandement à l’émergence de ce sport. Nous pouvons ainsi citer :

Les partenaires principaux

Nous avons des banques comme BNG BNP Paribas qui est un partenaire privilégié du sport au Luxembourg, non seulement pour les sportifs confirmés mais aussi pour les jeunes sportifs en leur offrant une initiation de choix. Dans ce cadre, il ya Online-Casinos.lu pour ce qui est des casinos qui sponsorisent les sportifs. Nous avons aussi la Loterie Nationale et Enovos qui est une entreprise de fourniture de gaz et d’électricité pour particuliers.

Les partenaires Argent

Ici nous trouvons les entreprises comme Cactus, la société d’assurances Lalux et la marque automobile Toyota qui financent la formation des pilotes et l’acquisition des véhicules.

Les partenaires de bronze

On retrouve dans cette catégorie des structures comme Asport, Casino 2000, Luxembourg Online ou encore Emile Weber Voyages qui offrent aux pilotes d’autocross toute la logistique nécessaire pour les déplacements et leur financement.

Les partenaires médiatiques

Il s’agit surtout des medias qui couvrent les différents événements sportifs au Luxembourg. Nous avons en exemple le magazine Revue, le Luxemburger Wort, le diffuseur Télécran, la chaine RTL ou encore le journal Contacto.

Auto-cross, de nouvelles réalités financières en France

En date du 1er Janvier 2018, est paru en France un décret stipulant que l’auto-cross ainsi que ses dérivés devront désormais, pour toute location d’espace de jeux payer une caution de 1650 euros. Il y est également fait état que désormais, pour toute manifestation sur le terrain concerné, les organisateurs des compétitions relatives à l’auto-cross, au kart-cross et à l’auto-poursuite devront payer au préalable une taxe dont le montant est fixé à 200 euros.

Les directives du décret sur les courses automobiles

Elodie Gouriou, directrice de l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP) affirme que ce décret est destiné à rendre légale d’utilisation les différents circuits dans le domaine de l’auto-cross, de l’auto-poursuite et du kart-cross. Une nouvelle qui risque de rendre la vie un peu dure aux différents clubs de courses automobiles. Ce coût un peu pesant s’explique du fait de l’instauration de visites d’expertises par la Fédération française des sports automobiles (FFSA). Cette nouvelle loi permet d’un autre côté aux clubs de courses automobiles de voir les procédures d’homologation accélérées. Le jury d’homologation veille donc au respect des règles techniques de sécurité (RTS).

Les organisateurs de courses automobiles réagissent

La juridiction de l’homologation des circuits revient à la FFSA et à la préfecture qui y concourent toutes deux. Mais Elodie Gouriou affirme que la crainte d’un rejet de la demande d’homologation des terrains par la FFSA est grande d’autant que la FFSA se montre très rigide en la matière. Ceci pourrait dans un avenir proche au lointain constituer un frein pour les clubs de courses auto qui n’ont alors comme dernier espoir que la contestation de la préfecture d’une éventuelle décision de rejet prise par la FFSA. Face à cette décision, les clubs locaux ont fait circuler sur internet en accord avec Patrick Feuillerat (membre influent de la commission nationale de sport automobile de l’UFOLEP), une pétition afin que le Ministère des sports reconnaisse le pourcentage quasi inexistant du championnat Ufolep.

Championnat d’Europe d’autocross : saison 2017 chez les super Buggy

La saison 2017 du championnat d’Europe FIA d’autocross chez les Super Buggy, a été, à l’image des précédentes, allemande. Mais à côté de cette hégémonie qui dure depuis sept années déjà, deux français engagés dans la compétition ont été les auteurs de très belles performances.

La domination allemande continue

Bernd Stubble de l’écurie Fast & Speed règne en maître absolu de la discipline reine de l’autocross depuis 2011. Le pilote allemand a réussi ce coup de force au volant d’une monoplace montée par ses soins, et avec un moteur Volvo à l’intérieur. En terme de palmarès, il n’est pour l’instant, devancé que par Willi Rösel, son compatriote.

Une saison française plus qu’honorable

Kumho Tyre a également été très bien représentée sur le podium européen d’autocross 2017. Les français Florent Tafani et Johnny Feuillade ont tous deux été auteurs d’une très belle saison avec une place sur le podium final. Ils se sont engagés dans la compétition aux commandes de monoplace à 4 roues motrices, et équipées de moteurs de moto. Avec deux belles victoires sur l’ensemble des rendez-vous, c’est Johnny Feuillade qui a achevé la saison avec une place sur le podium final.

Florent Tafani: une entrée plus que remarquée

Florent Tafani quant à lui, n’en était qu’à sa première participation dans la catégorie reine de la discipline. Et pour un premier essai, le résultat final fut d’autant plus satisfaisant. Malgré le fait qu’il soit un rookie dans une catégorie où la concurrence est féroce, Florent Tafani a fait preuve d’une impressionnante régularité. Faisant parler sa pointe de vitesse, le jeune pilote a en effet réussi à se hisser à trois reprises dans le top 3 des cinq premières courses. Il s’est malheureusement fracturé le poignet durant le meeting N°7 de la saison. Cet incident lui a coûté la course au titre. Mais au final, Florent Tafani s’adjuge la quatrième position au classement final.

Le calendrier du championnat européen d’autocross : saison 2018

Le déroulement du tournoi

Le championnat international d’autocross se déroule sur terrain naturel présentant un circuit plat ou ondulé. Le terrain en question peut contenir plusieurs aspects spécifiques de reliefs tels que des grandes étendues d’herbes ou des eaux à contrecourant. Chaque pôle constituant le tournoi comprend quatre tours et doit au maximum couvrir sept mille mètres de distance. Les véhicules autorisés à prendre part au tournoi sont au nombre de quatre catégories : ceux de la « Division Super Buggy », ceux du « Buggy 1600 », du « Tourning Autocross » et de la « FIA Cup for Junior Buggy ».

Le calendrier de 2018

De plus, le tournoi inclut un nombre maximum de douze compétitions ou évènements. Ces douze compétitions en question sont programmées afin de se dérouler selon un calendrier bien établi. Ceci permettra à la fois aux pilotes et à leur favoris de mieux se préparer aux diverses épreuves qui les attendent ainsi qu’à leurs supporters venus les encourager pour l’occasion.

S’étendant sur cinq mois, le tournoi international d’autocross a déjà démarré et se poursuit à l’heure actuelle jusqu’en septembre prochain où il s’achèvera. Le planning des épreuves se présente selon le calendrier suivant :

  • Du 04 Mai au 06 Mai à Seelow en Allemagne
  • Du 1er Juin au 03 Juin à Musa en Lettonie
  • Du 08 Juin au 10 Juin à Vilkyciai en Lituanie
  • Du 22 Juin au 24 Juin à Matschenberg en Allemagne
  • Du 29 Juin au 1er Juillet à Novà Paka en République tchèque
  • Du 20 Juillet au 22 Juillet à Saint-Georges-de-Montaigu en France
  • Du 10 Août au 12 Août à Prerov en République tchèque
  • Du 17 Août au 19 Août Nyiràd en Inde
  • Du 14 Septembre au 16 Septembre à Saint-Igny-de-Vers (France)
  • Du 21 Septembre au 23 Septembre à Maggiora en Italy.

Les essais commencent à Elne

La quatrième épreuve du programme de course automobile de cette année 2018 a bien démarré à Elne, qui accueille l’évènement. Les différents pilotes d’auto-cross qui concourent sur le circuit mettent également les bouchées doubles afin de maximiser le plus de point d’ici les prochaines qualifications. Plusieurs têtes parmi eux ont déjà commencé à tirer leur épingle du jeu.

C’est le cas au « Junior Sprint » de Timo Le Fol dont les prouesses ne cessent d’émerveiller les supporters (il arrive à signer sa pôle en un temps record de 48s02). Il est suivi du Toulousain Nathan Grassies qui finit deuxième. Pour finir la troisième place revient au pilote à Alexis Descout qui à bord de son Camotos n’a pas voulu se laisser distancer.

D’autres pilotes ont également fait parler d’eux lors de ces essais qualificatifs :

  • Par rapport au « Tourisme CUP » : Les trois premières places sont respectivement attribuées à Noam Lagarde (vainqueur avec un temps de 47s28), le Brestois, Lionel Quéré (ayant remporté la deuxième place avec un temps de 47s76) et Jean Michaud qui parvient à être troisième.
  • Parlant du « Sprint Girls » : Chloé Leroy, ancienne championne du Junior Sprint termine en 43s37. Cela n’a pas été facile pour elle face à la triple championne de France à laquelle elle laisse ainsi la deuxième place. Pour finir, Marianne Parthenay obtient la troisième position avec un record de 44s01 secondes.
  • Quant au « Buggy CUP » : Le chef de file est Franck Quintane avec un temps de 44s05, suivi de Thierry Py avec son temps de 44s15. Le vainqueur de la coupe de France Jimmy Verrier vient prendre enfin la troisième place.
  • Du côté du « MAXI SPRINT » : Bastien Lacan prend la tête de file en 43s04, suivi de Steven Lecoint qui réalise 43s11. Le troisième du classement est Teddy Berteau.

Paris sportifs, ce qu’on peut en retenir

Si ce n’était pas chose faite, Eh ! bien, la coupe du monde Russie 2018 par exemple a été une occasion de plus pour les casinos et autres maisons de jeux spécialistes de paris sportifs d’atteindre le grand public ; pas seulement en Europe ou aux Etats-Unis mais aussi en Afrique. Des pactoles à vous donner le tournis sont distribués aux heureux parieurs, de quoi attirer plus de joueurs. Quelle place les paris sportifs occupent-ils dans cet univers de jeux d’argent où les gains valent autant que les risques ?

Les paris sportifs et les autres jeux d’agent

Aujourd’hui, avec la libéralisation du secteur des jeux et paris sportifs, les casinos physiques, la loterie nationale et le PMU ne détiennent plus le monopole des jeux de chance. Des machines à sous au blackjack en passant par les jeux de cartes, l’univers des jeux n’a jamais été aussi alléchant. Désormais virtuels, ils sont plus proches des passionnés de toutes disciplines sportives. En effet, tous les sports grand public (football, basketball, natation, tennis, etc.) font l’objet de pronostic et de paris en ligne. Mais une chose est sûre : les parieurs moyens préfèrent miser de plus en plus sur les victoires de leurs équipes et stars, plutôt que de miser leurs sous sur d’hypothétiques jeux de loterie.

Les TIC s’invitent dans la danse et on est plus fou

On dénombre aujourd’hui, de nombreuses maisons de jeux d’argent qui opèrent dans l’univers des paris sportifs et distribuent les gains après les matchs et événements sportifs. Aujourd’hui, ces maisons de jeux ont investi d’énormes capitaux dans des sites en ligne, des applications Android ou iOS, comme Cabaret Club casino app qui sont disponibles partout dans le monde. Les clients peuvent parier sur le nombre de buts marqués lors d’un match, le nombre de buts avant la mi-temps, les tirs-au-but, les joueurs qui marqueront etc. Une multitude de paramètres grâce auxquels les chances d’empocher des gains se multiplient.